Sous quelle forme se présentent ces remèdes homéopathiques ? Les médicaments homéopathiques se présentent le plus souvent comme des petites billes blanches (granules, globules) de lactose et de saccharose, imprégnées avec une dilution. On les trouve aussi en gouttes, en pommades.

  • Les globules sont les plus petits : une dose correspond au tube entier. On le prend en une seule fois, en général une fois par semaine pour un effet « flash » mais celui-ci dure longtemps.
  • Les granules se prennent par 3 ou par 5, plusieurs fois par jour, jusqu’à provoquer une réaction de l’organisme
  • Les gouttes sont à base de teinture-mère ou d’une dilution. On les absorbe avec un liquide (eau, jus de fruits, biberon).
  • Les pommades et gels : la dilution est mélangée à des excipients qui facilitent sa pénétration à travers la peau (pommade d’arnica par exemple).

Les laboratoires ont également conçu des formules composées sous forme de granules, de gouttes ou de comprimés; ce sont des médicaments qui traitent une affection donnée et qui s’adressent à tout le monde. Profitez donc de la livraison de médicaments à domicile à Paris pour entamer au plus vite votre cure d’homéopathie.


Une chute ? Un petit traumatisme local ? L’homéopathie permet d’intervenir rapidement et sans douleur pour que les hématomes se résorbent rapidement.

Dans tous les cas : Arnica 7 CH

  • 3 granules à répéter tous les 1/4 d’heure pendant une heure. Puis toutes les deux heures pendant 24 heures et enfin 4 fois par jour, selon la persistance de la douleur et de l’hématome.
  • Si le traumatisme est important : associez Arnica 15 CH (1 dose-globule 2 fois par jour pendant 48 heures).
  • Appliquez localement Arnica en pommade sur l’hématome (le « bleu ») 3 fois par jour. Attention : à éviter en cas de plaie ouverte.
  • Ce traitement favorise la résorption de l’hématome. Il permet également d’attendre un éventuel diagnostic radiologique si celui-ci est nécessaire. Le traitement systématique à l’Arnica 7 CH peut être complété au besoin selon le type de traumatisme.

Homéopathie et traumatismes osseux

  • En cas de contusion des os sans fracture : ajoutez Ruta 7 CH (3 granules 3 fois par jour).
  • En cas de fêlure ou de fracture, en complément du traitement chirurgical : Calcarea Phosphorica 7 CH (3 granules 3 fois par jour) et Ostéocynésine (3 comprimés 3 fois par jour pendant 8 jours, puis 2 fois par jour jusqu’à la fin de la consolidation).
  • Ostéocynésine est un mélange à parts égales de Calcarea Ostreica 3D, Calcarea Fluorica 3D et Sulfur Iodatum 4CH). Le traitement homéopathique permet une consolidation plus rapide des os.

Les autres cas

  • A la suite d’entorse ou de foulure : Rhus Toxicodendron 7 CH et Ruta 7 CH ( 3 granules de chaque ensemble 3 fois par jour). Il est indispensable de prendre un avis médical au moindre doute.
  • En cas de traumatisme au niveau du globe oculaire, ou « oeil au beurre noir » : Faites vérifier le bon état de l’oeil par un spécialiste. Côté homéopathie : Ledum Palustre 7 CH (3 granules 3 fois par jour)
  • Traumatismes des seins ou des organes génitaux : Bellis Perennis 7CH (3 granules 3 fois par jour).

Consultation obligatoire si…

  • Le traumatisme conduit à une perte de connaissance, à des troubles de la conscience ou à des nausées, même si ces symptômes sont légers.
  • La douleur est très vive et localisée, ou s’il est difficile de bouger le membre : il peut s’agir d’un traumatisme osseux.

Quelques conseils pratiques si vous suivez un traitement homéopathique.

Zéro goût dans la bouche

  • L’idéal est de prendre un médicament homéopathique dans une bouche « vierge ». Au moment de la prise, vous ne devez avoir aucun goût particulier dans la bouche (menthe, café, tabac, alcool ou toute autre substance aromatique).
  • Evitez donc café, thé et tabac avant de prendre des médicaments homéopathiques. Même chose pour la menthe : évitez notamment les dentifrices, chewing-gums et infusions qui contiennent de la menthe. Vous trouverez dans le commerce des dentifrices adaptés aux traitements homéopathiques.

Homéopathie et allopathie

  • Le médecin peut être amené à associer des médicaments allopathiques à votre traitement homéopathique. Ces médecines se complètent, l’homéopathie peut renforcer l’action de l’allopathie et assurer une meilleure tolérance aux médicaments.
  • Dans ce cas, il est conseillé de commencer par le traitement homéopathique dans la journée : prenez vos remèdes homéopathiques au moins 1/4 d’heure avant les médicaments allopathiques.

Quand prendre les médicaments homéopathiques ?

  • Conformez-vous toujours précisément aux indications de votre médecin pour la posologie.
    Prenez les remèdes homéopathiques en dehors des repas : au moins 1/4 d’heure avant les repas.
  • Laissez fondre lentement les globules et les granules sous la langue, sans les croquer ni les avaler. Leurs composants sont absorbés au niveau des petits vaisseaux sanguins situés sous la langue.

Les crampes musculaires correspondent à la contraction involontaire, douloureuse et transitoire d’un muscle ou d’un groupe musculaire. L’homéopathie peut soulager les crampes musculaires.

Dans tous les cas : Cuprum Metallicum

  • Cuprum Metallicum 7 CH (3 granules au moment de la douleur, à répéter 1/4 d’heure après si nécessaire.
  • En prévention contre les crampes nocturnes : Cuprum Metallicum 5 CH (3 granules au coucher).

Prévenir les crampes musculaires grâce à l’homéopathie

  • Si vous envisagez un effort musculaire important (sport, randonnée, semaine de ski…) ou une activité particulièrement fatigante (voyage, déménagement…) : Arnica 5 CH pour atténuer la fatigue musculaire qui favorise les crampes (3 granules 3 fois par jour pendant la semaine qui prècède l’effort intense).
  • Pendant l’effort : Arnica 9 CH et Cuprum 9 CH, 3 granules de chaque à renouveler toutes les 1/2 heures.

Si vous souffrez d’  »impatiences »

Les impatiences surviennent au niveau des membres inférieurs. Elles se traduisent par un besoin impérieux et permanent de bouger sans arrêt les jambes. En prévention : Cuprum 9 CH et Zincum 9 CH, 3 granules de chaque 3 fois par jour.

Bon à savoir

  • Buvez de l’eau ! Choisissez de préférence une eau riche en sels minéraux.
    Consultez votre médecin si vous souffrez en parallèle de troubles circulatoires des membres inférieurs, ou si les crampes persistent.
  • Les crampes peuvent être secondaires à un traitement à base de diurétiques ou d’antihypertenseurs qui peut provoquer une évacuation massive de potassium. Une supplémentation en potassium est alors nécessaire.

Crampes musculaires et homéopathie


Période de travail intellectuel soutenu, de trac, d’angoisses… : les révisions qui préludent aux examens sont souvent des moments de stress intense. Sans risque d’effets secondaires, l’homéopathie offre une aide appréciable à tous les candidats aux examens scolaires ou universitaires.

L’homéopathie pour booster la concentration

  • Pendant la période de révision : Silicea 9 CH (1 dose le premier soir), Silicea 12 CH (1 dose le deuxième soir) et Silicea 15 CH (1 dose le troisième soir). Reprenez cette série de 3 doses la semaine suivante.
  • Les autres jours : Kali Phosphoricum 5 CH (5 granules 3 fois par jour).
  • Si vous souffrez d’insomnie consécutive à un effort de concentration : Cuprum Metallicum 7 CH (3 granules au coucher).

L’homéopathie contre le trac du jour J

  • Gelsémium 15 CH (1 dose la veille et 1 dose le matin de l’examen)
  • En cas d’émotivité, excitation, humeur instable liée à l’émotion forte : Ignatia 15 CH (5 granules 1 ou 2 fois par jour) ou Sédatif PC (R) (5 granules 1 ou 2 fois par jour).
  • En cas d’agitation, si vous avez peur d’être en retard avec éventuellement brûlures d’estomac ou diarrhées : Argentum Nitricum 15 CH (1 dose la veille et 1 dose le matin de l’examen).

Après l’examen

Pour récupérer plus vite de la fatigue intellectuelle liée aux révisions : Osctéocynésine (3 comprimés 2 fois par jour pendant 10 jours). Ostéocynésine est un mélange à parts égales de Calcarea Ostreica 3D, Calcarea Fluorica 3D et Sulfur Iodatum 4CH.

D’autres solutions complémentaires

  • Même en période d’examen, respectez toujours une hygiène de vie correcte pour être aussi performant(e) que possible.
  • Nourrissez-vous de manière équilibrée : fruits, laitages, légumes, viande ou poisson en quantité suffisante. Une fringale en plein après-midi de révision ? Croquez une pomme plutôt que des biscuits.
  • Ne négligez pas le sommeil : il faut dormir suffisamment pour être d’attaque le lendemain.
  • Enfin, prenez régulièrement un bon bol d’air afin de vous aérer à la fois le corps et l’esprit.

En été, gare aux insolations ! Ces accidents liés à une exposition excessive au soleil ou à la chaleur sont favorisés par l’exercice physique ou l’âge avancé. Comment l’homéopathie peut-elle vous aider ?

Insolation : quels symptômes ?

Les signes qui doivent vous alerter sont les suivants : maux de tête, étourdissements, modification du comportement (abrutissement, tendance au sommeil ou au contraire agitation). Parfois crampes et troubles visuels.

Dans les cas graves : fièvre, vomissements, perte de connaissance, oppression respiratoire. De tels signes nécessitent une consultation médicale.

Les remèdes homéopathiques contre l’insolation

Avant de passer à la solution offerte par l’homéopathie contre l’insolation, il serait judicieux d’appliquer quelques petites consignes pratiques : repos au frais indispensable. Pour rafraîchir : enveloppez la personne concernée de linges humides et frais. Pour réhydrater : faites boire lentement de l’eau additionnée d’un peu de sel. Consulter de suite le médecin si les signes sont très marqués ou s’il s’agit d’un enfant.

Par ailleurs, l’homéopathie offre des solutions douces et pratiques pour faire face à l’insolation :

  • Dans tous les cas : Belladonna 9 CH (5 granules toutes les heures jusqu’à disparition des troubles).
  • Si le visage est très rouge, sans sueur, le patient agité : Aconitum 15 CH (5 granules à renouveler 3 fois en 2 heures).
  • Si Le visage est rouge, couvert de sueur, et si le patient se sent abruti avec la tête lourde : Gelsemium 15 CH ( 5 granules à renouveler 3 fois en 2 heures). – En cas de sensation de battement au niveau du visage, du cou ou des extrémités : Glonoinum 5 CH (3 granules toutes les demi-heures pendant 2 heures, puis toutes les heures jusqu’à disparition des troubles).

Mieux vaut prévenir

  • Dès que le soleil est fort, évitez de vous exposer aux heures les plus chaudes, soit entre midi et 16 heures en France en été.
  • Au soleil, portez un chapeau et buvez toujours suffisamment. En vacances, pensez toujours à emmener une bouteille d’eau avec vous.
  • Soyez très prudents avec les enfants, et à fortiori avec les bébés, qui sont particulièrement sensibles à la déshydratation dès qu’il fait chaud.

Tout vous irrite, vous fatigue. Il y a de la nervosité dans l’air. Au secours l’homéopathie !

La nervosité est une réaction de l’organisme à des stimuli extérieurs : excès de stress, pression excessive, anxiété mais aussi dysfonctionnement physiologique, infection ou dérèglement hormonal…

S’il s’agit d’un état passager, votre nervosité peut être positive et vous stimuler dans la résolution de vos soucis. L’homéopathie est d’un bon secours pour vous aider à surmonter votre état nerveux.

En revanche, si celui-ci devient chronique, il est nécessaire d’en rechercher la cause et de la traiter : anxiété, angoisse, dépression, trouble hormonal…

Besoin de granules ?

L’homéopathie présente l’avantage d’écarter tout risque d’accoutumance. Quelque soit le motif de votre nervosité, vous pouvez prendre la spécialité homéopathique Sédatif PC® : 2 comprimés ou 5 granules à sucer, 2 ou 3 fois par jour. Puis, selon les cas (à raison de 3 granules, à répéter après 1/2 h si vous ne vous sentez pas mieux) :

  • Vous avez envie de tout envoyer promener, vous êtes agitée. Votre agitation se calme lorsque vous vous promenez, ou grâce aux bercements ou aux vibrations (voiture, train) : Chamomilla 15 CH.
  • Votre humeur instable est liée à une émotion forte. Votre irritation est un appel à votre entourage, vous avez envie que l’on s’occupe de vous : Ignatia 15 CH.
    Vous êtes irritable à la suite d’une contrariété rentrée qui s’accompagne d’un sentiment de frustration, de vexation, d’injustice : Staphysagria 15 CH.
  • Vous êtes en colère, ce qui se traduit éventuellement par des crampes au niveau de l’estomac ou de l’abdomen : Colocynthis 15 CH.
  • Votre nervosité est liée au trac, vous préparez un examen ou une compétition sportive : Gelsemium 9 ch (5 granules le soir au coucher).

Granules et doses sont à laisser fondre très lentement dans la bouche (pas obligatoirement sous la langue) : la bouche est riche en récepteurs, le médicament homéopathique diffuse donc très rapidement dans l’organisme. Le nombre de prises est très important, il est pourtant souvent négligé.

Dans une pathologie aiguë, il faut répéter les prises : toutes les 10 minutes dans une laryngite aiguë, toutes les heures dans une fièvre aiguë ; 3 ou 4 fois par jour pour une névralgie par exemple.

Dans une maladie chronique, le médicament sera pris de 1 ou 2 fois par jour à une fois par semaine, les médicaments de terrain une ou deux fois par mois. Le traitement homéopathique est espacé en fonction de l’amélioration et s’arrête dès que les symptômes disparaissent.

Contrairement à ce que l’on croit, le traitement homéopathique peut être très court : l’action de médicaments comme Apis (contre l’oedème), Arnica ( contre un hématome), Drosera (contre la toux spasmodique) est quasi immédiate.

Combien coûte un traitement homéopathique ?

Les médicaments homéopathiques coûtent 4 fois moins cher que la moyenne des médicaments remboursables. Le coût moyen d’une ordonnance homéopathique est 3 fois moins élevé que celui d’une prescription allopathique. Par exemple, un tube de granules coûte 8 euros.

Pour être remboursés par la Sécurité sociale, il faut que ces médicaments aient été prescrits par un médecin.

A noter que de nombreuses assurances complémentaires santé (ou mutuelles) prennent aussi en charge les médicaments non remboursables.

Les consultations pratiquées chez un homéopathe conventionné sont remboursées par la Sécurité sociale à hauteur de 70% du tarif de convention.


Les médicaments homéopathiques sont élaborés à partir de substances d’origine végétale (Nux vomica : la noix vomique, Pulsatilla : l’anémone pulsatille), animale (Sepia : l’encre de sèche, calcarea carbonica : le calcaire de l’huître), minérale (Phosphorus : le phosphore) et chimique (natrum muriaticum : le sel marin). La molécule de base est mise à macérer dans l’alcool. On obtient ainsi une « teinture-mère », substance de base à partir de laquelle on fabrique les différents médicaments homéopathiques.

Les médicaments homéopathiques présentent aussi une particularité : ils sont obtenus par la dilution infinitésimale d’un extrait minéral, végétal, chimique ou animal.

Qu’est-ce qu’une dilution?

On dilue une goutte de teinture-mère dans 99 gouttes de solution alcoolisée pour obtenir une dilution au centième. Puis on l’agite est fortement (on appelle cela la dynamisation). On obtient ainsi la première centésimale hahnemannienne, notée 1CH. On recommence la même opération en diluant 1 CH dans 99 gouttes d’alcool, on dynamise et l’on obtient une deuxième centésimale (2CH). Ainsi de suite jusqu’à 30 CH.

Quelles dilutions utilise-t-on le plus souvent en homéopathie ?

En pratique, les médecins homéopathes utilisent trois types de dilutions :

  • les dilutions basses , (4 ou 5 CH) agissent localement, sur un problème aigu, un traumatisme par exemple. On les utilise pour leur action directe sur un tissu sans dépendre de la sensibilité personnelle du malade ;
  • les dilutions moyennes (7 à 9 CH) traitent les symptômes fonctionnels et généraux pour lesquels la sensibilité du malade entre en jeu ; à chaque fois qu’il y a aune réaction particulière du malade;
  • les dilutions hautes (15 ou 30CH) sont utilisées lorsque les symptômes témoignent d’une réaction très sensible du malade; il en est ainsi pour les symptômes comportementaux et les réactions chroniques.