Une chute ? Un petit traumatisme local ? L’homéopathie permet d’intervenir rapidement et sans douleur pour que les hématomes se résorbent rapidement.

Dans tous les cas : Arnica 7 CH

  • 3 granules à répéter tous les 1/4 d’heure pendant une heure. Puis toutes les deux heures pendant 24 heures et enfin 4 fois par jour, selon la persistance de la douleur et de l’hématome.
  • Si le traumatisme est important : associez Arnica 15 CH (1 dose-globule 2 fois par jour pendant 48 heures).
  • Appliquez localement Arnica en pommade sur l’hématome (le « bleu ») 3 fois par jour. Attention : à éviter en cas de plaie ouverte.
  • Ce traitement favorise la résorption de l’hématome. Il permet également d’attendre un éventuel diagnostic radiologique si celui-ci est nécessaire. Le traitement systématique à l’Arnica 7 CH peut être complété au besoin selon le type de traumatisme.

Homéopathie et traumatismes osseux

  • En cas de contusion des os sans fracture : ajoutez Ruta 7 CH (3 granules 3 fois par jour).
  • En cas de fêlure ou de fracture, en complément du traitement chirurgical : Calcarea Phosphorica 7 CH (3 granules 3 fois par jour) et Ostéocynésine (3 comprimés 3 fois par jour pendant 8 jours, puis 2 fois par jour jusqu’à la fin de la consolidation).
  • Ostéocynésine est un mélange à parts égales de Calcarea Ostreica 3D, Calcarea Fluorica 3D et Sulfur Iodatum 4CH). Le traitement homéopathique permet une consolidation plus rapide des os.

Les autres cas

  • A la suite d’entorse ou de foulure : Rhus Toxicodendron 7 CH et Ruta 7 CH ( 3 granules de chaque ensemble 3 fois par jour). Il est indispensable de prendre un avis médical au moindre doute.
  • En cas de traumatisme au niveau du globe oculaire, ou « oeil au beurre noir » : Faites vérifier le bon état de l’oeil par un spécialiste. Côté homéopathie : Ledum Palustre 7 CH (3 granules 3 fois par jour)
  • Traumatismes des seins ou des organes génitaux : Bellis Perennis 7CH (3 granules 3 fois par jour).

Consultation obligatoire si…

  • Le traumatisme conduit à une perte de connaissance, à des troubles de la conscience ou à des nausées, même si ces symptômes sont légers.
  • La douleur est très vive et localisée, ou s’il est difficile de bouger le membre : il peut s’agir d’un traumatisme osseux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *