Qu’est-ce que l’arthrose ? Il s’agit de l’une des maladies liées au vieillissement les plus fréquentes après 65 ans. Plus concrètement, l’arthrose est une pathologie dégénérative chronique caractérisée par une érosion prématurée du cartilage articulaire. Quels sont les traitements envisageables ? L’homéopathie en fait-elle partie ? On fait le point.

L’homéopathie : la définition

traitement-homeopathie-medecine

Pour comprendre de quelle manière l’homéopathie est susceptible d’intervenir dans le traitement de la gonarthrose, de la lombarthrose ou de toute autre forme d’arthrose, il est important d’en connaître la définition.

Basée sur le principe de la similitude, cette médecine dite “naturelle” consiste à administrer, en des quantités infinitésimales, des substances actives connues pour produire des symptômes identiques à ceux présentés par le patient. Autrement dit, un principe actif susceptible d’entraîner un trouble chez une personne en pleine santé pourrait soulager, voire faire disparaître, ce même trouble chez une personne qui en souffre déjà.

Prescrits par un médecin homéopathe, les traitements homéopathiques doivent être adaptés à chaque patient en fonction de nombreux paramètres : âge, pathologie, environnement, mode de vie…

L’homéopathie comme traitement de l’arthrose ?

homeopathie-senior-arthrose

Dans le cadre de l’arthrose, certains patients ont recours à l’homéopathie pour soulager leurs symptômes et, plus particulièrement, leurs douleurs articulaires. Si les effets analgésiques des substances homéopathiques n’ont pas été scientifiquement prouvés, nombre de patients montrent des signes d’amélioration en suivant un traitement de fond prescrit par un médecin homéopathe.

Causticum, Natrum sulfuricum, Thuya occidentalis… Il existe de nombreuses substances susceptibles d’avoir un impact sur les symptômes de la coxarthrose, de l’omarthrose ou encore de l’arthrose cervicale. C’est la raison pour laquelle il est impératif de consulter un spécialiste, seul habilité à préconiser un traitement avec des posologies et des dilutions spécifiques en fonction du tableau clinique présenté par le patient.

Bien entendu, une thérapie homéopathique s’inscrit en complément d’une prise en charge médicale assidue et d’une pratique physique régulière.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *